Le formidable effort Pathé-Natan (Cinéma 1932)


Aiguillé par un lecteur de ce site (Cinémaniac), voici un nouvel article sur le producteur de Pathé au début des années trente : Bernard Natan auquel nous avions déjà rendu hommage lors d’un précédent post :

Bernard Natan, un producteur français (Pour Vous 1930)

Cet article est paru dans la revue Cinéma qui était une revue de grand luxe tiré sur papier glacé et qui fut publiée de 1927 à 1933.

Bonne lecture.

 

Le formidable effort Pathé-Natan

paru dans Cinéma du Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

A l’aube de 1933, la production française se doit de faire son examen de conscience. Le public que l’abus du film étranger menaçait de détourner des salles, les professionnels, techniciens, auteurs ou artistes qui vivent du cinéma, avaient mis leur espoir en cette production nationale que l’avènement du parlant venait de rendre possible.

Sans vouloir nullement limiter l’effort de nos producteurs à l’activité d’une seule firme, nous prendrons comme exemple type la Compagnie Pathé-Natan qui, en dix-huit mois, n’a pas réalisé moins de trente grands films parlants français dont certains firent rayonner à travers le monde entier le clair génie de notre race.
Il n’est peut-être pas très difficile de faire un bon film. Il suffit, quand on a les capitaux nécessaires, de se procurer un bon scénario et de réunir les meilleurs éléments de réalisation, metteur en scène, opérateur, artistes, décorateur. Mais combien de fois pourra-t-on assurer ce parfait équilibre de tant d’organes divers ?

Organiser et animer un centre de production permanent est une entreprise beaucoup plus difficile. Il y faut une longue expérience, une intelligence curieuse et aiguisée au contact des faits de chaque jour, un esprit méthodique, une sûre volonté.
M. Natan, si activement secondé par son frère Emile Natan, a toujours mené de front l’étude des divers problèmes qui concourent à la production.
Aujourd’hui la Cie Pathé-Natan est à la tête d’un centre de production unique en Europe, comprenant dix studios admirablement agencés, une vaste usine de tirage, des laboratoires d’études et de recherches, etc…

Un simple regard sur la production de l’année qui s’achève nous permettra d’apprécier la valeur de cette organisation et l’importance de cet effort.
Auréolée par la sortie en public de ce formidable chef-d’œuvre Les Croix de Bois, de Roland Dorgeles et Raymond Bernard, l’année 1932 fut particulièrement brillante et heureuse. Elle nous donna des œuvres passionnées et fortes comme Ariane jeune fille russe, et Mélo, réalisées par Czinner ; Après l’Amour, réalisée par Léonce Perret ; un chef-d’œuvre d’humour et d’observation rétrospective comme Les Gaietés de l’Escadron réalisées par Maurice Tourneur ; des comédies charmantes comme La Fleur d’Oranger et Atout Cœur, d’Henry Roussell ; Sa Meilleure Cliente, de Pierre Colombier et Louis Verneuil ; L’Ane de Buridan, de A. Ryder ; La Merveilleuse Journée, d’Yves Mirande ; une opérette filmée, Enlevez-moi, de Léonce Perret ; une comédie à grand spectacle, Mirages de Paris, de F. Ozep ; une incomparable comédie d’aventures touristiques, Paris-Méditerranée de Joe May, un grand film d’aventures, Au Nom de la Loi, par Tourneur, etc…

L’année 1932 s’achève en beauté en nous donnant la promesse prochaine de films comme Les Deux Orphelines, réalisé par Maurice Tourneur ; Théodore et Cie, réalisé par Pierre Colombier ; La Dame de chez Maxim’s, réalisé par Korda ; Le Coureur de Marathon, réalisé par le grand metteur en scène E.-A. Dupont.

Que sera maintenant l’année 1933 relativement à la production Pathé-Natan ?
Il est prématuré de le dire, mais ce que nous pouvons affirmer c’est qu’une quinzaine de films sont déjà en préparation ou en cours de réalisation. Et ces films sont : Les Misérables, réalisés actuellement par Raymond Bernard ; Casanova, La Châtelaine du Liban, Il était une fois, Sapho, L’Amour veille, Toto, Le Contrôleur des Wagons-Lits, Le Train de 8 h. 47, Coup de Vent etc…

Nous avons cité quelques-uns des metteurs en scène qui ont eu la charge des réalisations brillantes ou émouvantes que le public apprécia.
Faut-il rappeler les noms des grandes vedettes qui y attachèrent leur talent et leur popularité ?
Gaby Morlay, Florelle, Elvire Popesco, Mona Goya, Yvette Guilbert, Emmy Lynn, Simone Deguyse, Jacqueline Francell, Hélène Robert, Annabella ;Raimu, André Lefaur, René Lefèvre, Albert Préjean, Victor Francen, Duvallès, Jean Gabin, Prince, Alerme, Roger Tréville, Charles Vanel, Gabriel Gabrio, Pierre Blanchar, Jean Devalde, Fernandel, etc…

L’effort Pathé-Natan pourrait se résumer en ces deux mots : Diversité, continuité.
Recherche des meilleures formules de spectacles cinématographiques pouvant satisfaire l’universalité du public, persistance de la volonté toute tendue vers ce but : servir l’Art et l’Industrie du film français.

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Dans ce même numéro, nous trouvons l’article suivant sur les films en production en France dont ceux de Pathé-Natan :

PATHE-NATAN

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Les Misérables.

— Après plusieurs mois de préparation intense, Raymond Bernard vient de commencer dans les studios Pathé-Natan de Joinville la réalisation des Misérables.
Le programme des travaux de prises de vues comprend deux parties essentielles : la première partie se déroulera aux studios de Joinville où vont être reconstitués les nombreux intérieurs servant de cadre à l’action du célèbre roman de Victor Hugo.
La deuxième partie comprendra les très importants extérieurs qui seront reconstitués en plein air, dans le Midi. Le décor essentiel sera celui du vieux Paris de l’époque romantique. Il se développera sur près de 12.000 mètres carrés et englobera soixante-dix maisons, cinq rues, plusieurs places et carrefours. Comme les décors en studio, ce formidable décor de plein air sera l’œuvre de M. Jean Perrier qui fut déjà le décorateur de Raymond Bernard pour Les Croix de Bois.
La distribution des Misérables n’exigea pas moins de soins que la préparation technique et décorative. Elle est absolument remarquable tant par la notoriété que par le talent des artistes choisis. Il reste encore à désigner quelques rôles secondaires.
Voici la liste des principaux interprètes :
Harry Baur (Jean Valjean et Champmathieu) ; Charles Vanel (Javert) ; Charles Dullin (Thénardier) ; Florelle (Fantine) ; Marguerite Moreno (Là Thénardier) ; Henry Krauss (Mgr Myriel).
Collaborateurs techniques : Chef opérateur, Kruger ; Opérareur, Ribault ; Opérateur du son, Archaimbault ; Décorateur, Jean Perrier ; Costumes, Paul Colin ; Administrateur, Fernand Le Fèvre ; Assistant, Grunberg.

Rappelons que Les Misérables constitueront un vaste triptyque comprenant trois films : Fantine, Cosette et Marius et Jean Valjean.

La Dame de chez Maxim’s.

— Entre deux scènes étourdissantes de verve, de mouvement et de musique, nous avons pu accaparer quelques instants l’aimable Georges Bernier, directeur de la production de La Dame de chez Maxim’s qu’Alexandre Korda met en scène aux studios Pathé-Natan.

— Quelques précisions, je vous prie, sur les collaborateurs de cette magnifique réalisation !…
— Une interview-express ?… Eh bien, voici !…
D’abord l’ordonnateur général, le metteur en scène Alexandre Korda. Le travail d’adaptation du chef-d’œuvre de Georges Feydeau a été fait par Henri Jeanson. Les costumes, dessinés par Jean Oberlé, ont été réalisés par Redfern. Le travail technique proprement dit est assuré par Perinal pour la prise de vues et par Livermann pour le son. Nos assistants sont Tamborini et Rathony et notre régisseur général Guilbert.
La partie musicale très importante de La Dame de chez Maxim’s est due à Schroeder. Elle comporte naturellement des réminiscences de nombreux airs de l’époque 1900 mais aussi de délicieuses chansons originales…
— Les décors ?
— D’abord le grand décor entièrement reconstitué rue Francœur, du bar, du restaurant et du dancing de Maxim’s. Puis divers intérieurs d’un château en Touraine où voisineront le style Louis XVI et le fameux modern style qui fit fureur en 1900.
— Les extérieurs ?…
— Quelques rues de Paris… sans autos naturellement, et Trouville avec son pittoresque mouvement d’élégances de jadis…

Gaby Morlay tournera II était une fois.

Gaby Morlay vient de remporter en Italie et en Suisse au cours d’une grande tournée un véritable triomphe que la presse souligna de commentaires enthousiastes. Son succès fut particulièrement vif dans II était une fois ! de Francis de Croisset que la célèbre artiste interpréta plus de trois mois consécutifs au théâtre des Ambassadeurs.
Or, nous apprenons que Léonce Perret s apprête a réaliser un grand film adapté de cette œuvre originale et émouvante. Ce sera une production Pathé-Natan et la principale interprète sera naturellement Gaby Morlay

Un grand film sur Casanova.

— Le célèbre Casanova, aventurier, abbé de cour, diplomate, magicien qui défraya tant la chronique italienne et française dans la seconde moitié du dix-huitième siècle et qui fit déjà le sujet d’un film muet, revivra bientôt à l’écran sonore, grâce à Pathé-Natan.
Il n’y a pas de plus passionnant roman d’aventures que la vie de Jean-Jacques Casanova de Seingalt, qui nous conta lui-même ses exploits mouvementés dans ses copieux et un peu scabreux Mémoires.
Le grand film de reconstitution que Pathé-Natan va entreprendre avec la collaboration d’un de nos plus illustres metteurs en scène constituera une vaste fresque d’histoire doublée d’une intrigue essentiellement cinématographique

(Nous n’avons pas trouvé trace de ce film dans les archives Pathé, par contre, un Casanova réalisé par René Barberis est bien sorti en salles en 1934 mais la société de production est M.J. Films et le distributeur serait La Compagnie Indépendante de Distribution (CID). NDLR).

Pour finir dans ce même numéro, figurent plusieurs publicités pour les films Pathé-Natan.

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

Cinéma de Décembre 1932

 

Source : Ciné-Ressources / La Cinémathèque Française

 

Pour en savoir plus :

Le blog de David Cairns l’un des réalisateurs irlandais du documentaire sur Natan.

L’article qu’il a écrit sur cette honteuse et déplorable affaire où Natan fut accusé d’être un pornographe.

*

La bande-annonce du documentaire Natan.

Le documentaire Natan est disponible à l’achat sur le site de Lobster.

*

Une interview (en anglais) de David Cairns à propos de Natan.

*

L’article (en anglais) de Variety sur le documentaire Natan paru en 2013.

L’article (en anglais) « In need of rehabilitation: Bernard Natan, the Holocaust victim who saved France’s film industry » paru dans The Guardian en 2015.

Un article très complet sur le blog de Véronique Chemla à propos de Bernard Natan.

L’article paru dans Les Echos en mai 2015 : « Bernard Natan, la réhabilitation d’une légende oubliée du cinéma français« .

Une longue et complète biographie de Bernard Natan sur le site des Indépendants du 1er siècle (ainsi que la filmographie impressionnante du producteur Natan).

L’article « Charles Pathé et son bouc émissaire : Bernard Natan » par André Rossel-Kirschen pour la revue 1895 en 2008.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *