Charlie Chaplin auteur par René Clair (VU 1931)


Nous sommes très heureux de vous faire part de notre partenariat avec le musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône, dédié à l’histoire de la photographie.

A ce titre, ils possèdent une importante collection de revues liées à la photographie dont l’intégralité (de 1929 à 1940) du célèbre magazine de Lucien Vogel : VU.  Or ce magazine, sans doute le plus beau des années trente, a consacré régulièrement des articles de fond au septième art très pertinents. Ceux-ci étant assez difficile à trouver, nous avons décidé, en accord avec le musée Nicéphore Niépce, de vous en proposer une large sélection dans les mois qui viennent.

***

Nous commençons donc cette série avec le numéro spécial que VU a consacré le 1 avril 1931 à Charlie Chaplin à l’occasion de la sortie parisienne des Lumières de la Ville.

***

Voici donc l’article écrit par le cinéaste René Clair dans lequel il clame son amour pour l’Opinion Publique, l’unique film de Charlie Chaplin dans lequel il n’apparaît pas, sorti en 1923. Surtout cet article de René Clair est visionnaire au sens où il fût l’un des premiers à proclamer que Charlie Chaplin était un auteur, à une époque où cela n’allait pas de soi…

De plus soulignons que René Clair réalisera la même année A nous la liberté, film qui influencera Chaplin pour tourner Les Temps Modernes.

***

Sincères remerciements à Emilie Bernard et au musée Nicéphore Niépce pour leur autorisation.

***

VU du 01 avril 1931

VU du 01 avril 1931

Un inconnu, Charlie Chaplin auteur par René Clair

paru dans VU du 01 avril 1931

On ne peut plus rien dire sur Chaplin qui soit juste et qui ne soit banal, et pourtant tout ce que l’on a dit sur lui est encore insuffisant. La foule ne sait pas encore que Chaplin est le plus grand auteur dramatique, le plus grand créateur de fictions qui vive en notre temps. Son talent d’acteur a fait tort à son génie d’auteur. La plupart des critiques et des écrivains voient avant tout en lui le « mime génial », le « clown sublime », épithètes agaçantes qui le diminuent.

Chaplin n’est pas seulement cela, c’est un acteur et l’un des meilleurs. Mais de grands acteurs peuvent parfois l’égaler. Auteur, il est unique et aucun auteur de films ne peut lui être comparé.

Chaplin, acteur, est l’homme le plus célèbre du monde. Chaplin, auteur, est méconnu… Le public — c’est-à-dire tout le monde, à part quelques initiés— ignore la manière dont est composé un film et le terme d’auteur ne signifie rien pour lui. Si Chaplin ne paraissait pas en personne dans ses films, son nom serait-il connu de plus d’un sur cent de ses admirateurs actuels ?

* *

Nous avons pu revoir récemment L’Opinion Publique. Ce film, qui date de 1922, pourquoi ne nous avoue-t-on pas sa magnifique vieillesse quand on le présente aujourd’hui ? Le spectateur qui sourit en voyant les robes démodées d’Edna Purviance, peut-il, non prévenu, admirer la nouveauté de cette vieille oeuvre ? Neuf ans au cinéma, c’est un siècle pour une autre forme d’art. Le temps passé nous permet de donner à ce drame la place qu’il mérite dans l’évolution de l’art des images. Forfaiture en 1916, L’Opinion Publique en 1922, presque tout ce que le cinéma américain a produit de bon jusqu’au film sonore s’inscrit derrière ces titres et ces dates. L’Opinion Publique n’a pas connu un succès comparable à celui qu’ont remporté les autres films de Chaplin, mais le cinéma muet américain a trouvé son renouveau dans cet échec.

On prétend que le génie de Chaplin est compris par tout le monde, qu’un hommage suffisant lui est rendu. J’en doute encore. Voyez, pour prendre un petit exemple, ce que l’on disait de Menjou. Certaines louanges que l’on décerne a ce bon acteur ne sont-elles pas imméritées ? « Il a créé un genre qui n’existait pas avant lui, etc. » Soit. Mais, retournez voir L’Opinion Publique. Tout ce que Menjou a fait depuis lors existe déjà dans ce film et parfaitement. Aucun réalisateur n’a été capable, depuis cette époque, de faire sortir Menjou, avec bonheur, de cette personnalité que Chaplin lui a donnée de force. Il est bon acteur, qui le nierait ? Mais peut-on écrire sur lui sans rappeler celui qui l’a révélé à lui-même et au monde ?

* *

L’Opinion Publique, où Chaplin ne paraît pas, a déconcerté plus d’un de ses admirateurs. Ils étaient fascinés par Chaplin acteur. Chaplin a prouvé par ce film qu’il était avant tout un auteur. Qu’il soit son propre interprète ou que d’autres acteurs lui prêtent leurs masques, il n’importe : il est partout, il a créé chaque personnage. Il apparaît derrière toutes les scènes de ce film ou sa silhouette ne paraît pas.

* *

Dans L’Opinion Publique, pour la première fois, les personnages d’un drame furent autre chose que ces guignols à l’âme stylisée auxquels l’écran nous avait habitués : le bon, le mauvais, l’ingénue, la femme fatale. Ce fut une révolution dont on n’a pas assez souligné l’importance. La qualité psychologique de L’Opinion Publique apparaît à la fin du film, quand le spectateur s’avoue incapable de porter sur l.es personnages un jugement inspiré par la morale conventionnelle de l’écran et du mélodrame. Aucun d’eux n’est entièrement méchant, entièrement bon. Leurs actes dépendent un peu de leur bonne volonté, beaucoup de leurs passions et de ce que l’on nomme le hasard. Ce sont des hommes.

Ces scènes, les ai-je vues dix ou douze fois : J’admire toujours leur mesure exacte, leur enchaînement, leur aisance, Elles émeuvent encore, et d’une manière toujours nouvelle. Tant d’autres films ne provoquent l’émotion (comique ou dramatique) que par la surprise, moyen qui ne sert qu’une fois ! Dans L’Opinion Publique, pas de surprise. L’action est doucement menée par une fatalité plus émouvante que n’importe quel coup de théâtre. On peut prévoir chaque détail de ces scènes bien connues. Mais leur valeur humaine ne s’épuise pas.

* *

Chaplin, Chaplin… Tous les hommages qui lui furent rendus ne lui suffisent pas puisque les mêmes mots servent à louer tant d’auteurs à la mode, de réalisateurs sans cervelle, de vedettes créées par la publicité. On est encore injuste envers lui. On oublie trop souvent ce qu’il est, ce qu’on lui doit. Pourquoi ne pas se donner plus souvent le bonheur si rare d’admirer sans réserve, sans contrainte ?

Chaplin nous inspire confiance, réveille notre passion pour le cinéma. Il nous prouve quel esprit peut être le maître de cette industrie, de cette mécanique, de ces bilans en dollars. Il nous fait oublier le métier cinématographique, ses fantoches, ses financiers, ses lois et ses esclavages. Jamais nous ne dirons assez haut l’amour qui nous inspire et notre humilité devant son oeuvre et notre reconnaissance.

R. C.

VU du 01 avril 1931

VU du 01 avril 1931

 

Source : Collection Musée Nicéphore Niépce

 

Pour en savoir plus :

L’analyse et la critique de l’Opinion Publique sur le DVDClassik.

L’Opinion Publique sur le site officiel de Charlie Chaplin.

Le documentaire sur l’Opinion Publique sur la chaine Youtube officiel de Charlie Chaplin.

La présentation du film par le biographe de Chaplin, David Robinson.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *