Florelle (Cinéa 1932)


C’est dans le n°22 du mois de février 1932 que paraît dans Cinéa Ciné pour tous cet article (non signé) sur Florelle, la grande comédienne des années trente qui a tourné avec Fritz Lang, G-W Pabst, Robert Siodmak, Raymond Bernard et Jean Renoir.

NDLR. Nous nous excusons pour la mauvaise qualité des reproductions suivantes mais elles sont disponibles dans cet état sur le site de Gallica.

 

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

FLORELLE – VEDETTES D’AUJOURD’HUI

Très rapidement, en quelques films, la personnalité de Florelle s’est imposée à l’écran parlant comme elle s’était imposée naguère sur la scène.

En France, où les vraies vedettes féminines sont si peu nombreuses, Florelle occupe tout naturellement une place de tout premier rang, et cependant elle n’est pas de celles que la chance ou certains appuis ont particulièrement favorisées. Florelle est une fille de ses oeuvres, dans toute la force du terme.

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

Odette Florelle (elle s’appelait Odette Rousseau, ndlr) est née aux Sables d’Olonne un 9 août du début de ce siècle (en fait 1898, ndlr).
A cinq ans, elle vient à Paris. Ses parents connaissent des jours difficiles et parfois elle est confiée à la garde de sa tante, qui habite Montmartre, où elle exerce un petit emploi dans un music-hall : la Cigale.

La petite Odette y accompagne parfois sa tante, se faufile dans tous les coins de la scène et des coulisses, ouvrant grands les yeux et prêtant l’oreille au spectacle de ce monde féerique.

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

Claudius, Dorville, qui jouent alors à la Cigale, sont ses grands amis et bientôt elle connait par coeur tout leur répertoire. Répertoire qu’elle servira fidèlement un beau jour à sa famille, réunie pour fêter sa première communion !

En 1911, la petite Odette fait ses débuts à la scène. Raphaël Flateau, directeur de la Cigale, avait besoin d’un petit garçon pour un petit rôle d’une revue ; à force d’obstination, la fillette obtient de le jouer en travesti, avec un partenaire, également vêtu en petit garçon, qui n’est autre que Raimu

Pendant plusieurs années, Florelle continuera à jouer les petits garçons. D’abord à l’Ambigu, où l’on a monté une revue jouée par des enfants, puis en tournée, avec le même spectacle, en Allemagne et en Orient.

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

Puis c’est la guerre. Cette fois, Florelle a adopté le genre « petite fille » et commence à la Fourmi un tour de chant. On la voit ensuite dans diverses revues, en « compère », en « Ecosse » dans le défilé des Alliés, en « presse ligotée » dans un sketch sur la censure.
Puis Florelle passe au cabaret, chez les chansonniers. Elle joue des revues à la Pie qui Chante, direction Fallot, puis au Perchoir.

Un soir, dans un taxi, elle découvre une serviette pleine de papiers officiels. Ce sont des documents confidentiels du ministère de la Guerre.
L’affaire fait du bruit… et vaut à un général et à un lieutenant de passer en conseil de guerre. Florelle en retire une importante publicité, qu’elle n’a cependant pas cherchée…

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

Peu après, elle débute au cinéma, d’abord comme partenaire de Dandy, dans un film comique tourné à Epinay, puis aux côtés de Maurice Chevalier, dans deux petits films gais tournés par
Diamant-Berger : L’Affaire de la Rue de Lourcine et Jim Bougne, boxeur.

En 1923, Florelle part pour une longue tournée en Amérique du Sud, où elle reprend, avec un très vif succès, les rôles de Mistinguett. On l’applaudit au Théâtre Cervantes, à Buenos-Aires, puis au Chili, en Uruguay, au Brésil, à Mexico, à La Havane et à Cuba.

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

Quand elle rentre à Paris, en 1926, c’est pour succéder à Mistinguett, qui vient de rompre avec la direction du Moulin-Rouge. Florelle joue alors aux côtés de Tramel, et dans quelques scènes, elle a Henry Garat pour partenaire. Ensuite, c’est une tournée en Italie et en Orient, avec le même spectacle et les mêmes partenaires.

L’année suivante, Florelle succède une fois de plus à Mistinguett, au Casino de Paris. Plus tard, c’est un tour de chant à l’Empire, avec Henry Garat.

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

Mais bientôt le cinéma parlant appelle ce dernier à Berlin. Florelle, de passage dans la capitale allemande où un autre engagement l’appelle, se voit elle aussi sollicitée pour paraître dans des « versions françaises ». Tout d’abord, ce sont de brefs intermèdes de chant dans Le Procureur Hallers, Mon Coeur Incognito et Le Joker.

Puis on la présente à Pabst, qui n’avait pas encore trouvé l’interprète voulue pour le rôle de Polly Peachum, dans L’Opéra de Quat’Sous, rôle primitivement destiné à Madeleine Renaud.

« Pabst me fit comprendre que ce rôle n’était pas de mon emploi, raconte-t-elle. Il lui fallait une femme très jolie, blonde (j’étais rousse !…), chantant à merveille et surtout ayant une grande expérience de l’écran, ou plutôt de la scène.
« Deux jours avant de tourner, Pabst n’avait toujours trouvé personne. On lui reparla de moi. On lui dit : « Essayez-la toujours, vous verrez… sur l’écran, elle fait pas mal d’effet. »

Florelle devint blonde en deux heures de temps, tourna le bout d’essai… et Pabst, enthousiasmé, l’engagea, en s’excusant de n’avoir pas eu confiance en elle.

« Et nous avons tourné ce film, conclut-elle, dans une atmosphère charmante qui m’a fait aimer la vie du studio… A ce moment-là, à Berlin, je n’étais pas très gaie ; eh ! bien, j’allais au studio joyeusement, car je savais que je n’y trouverais que de la gaieté et de l’amitié… »

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

Avant de rentrer à Paris, conquise au cinéma, Florelle est sollicitée par la U.F.A. pour un petit rôle d’Autour d’une Enquête.

Malheureusement pour Florelle, de longs mois se passeront avant que L’Opéra de Quat’Sous, retenu par la Censure, ne paraisse sur les écrans français. Il lui faudra donc conquérir les metteurs en scène français comme elle a conquis les réalisateurs allemands.

Florelle commence par un bout de chanson dans Le Poignard Malais, chez Pathé-Natan.
Tout de suite, on l’a remarquée, et bientôt on lui confie le rôle de la cabotine dans Faubourg Montmartre. Enfin, c’est Henry Roussell qui lui confie un rôle où elle peut donner la mesure de sa personnalité et de son talent, le rôle de Sylvine, la volage épouse d’Atout coeur ! L’été dernier, c’est Robert Boudrioz qui lui confie le principal rôle de Vacances, agréable opérette réalisée dans le cadre enchanteur de la Côte d’Azur.

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

A l’automne, Florelle repart pour Berlin. Erich Pommer lui ouvre cette fois toutes grandes les portes de l’U.F.A. ; elle va tourner avec Charles Boyer la version française de Tumultes, de nouveau sous la direction de Siodmak.
Ensuite, retour à Paris pour la réalisation de Ma Tante d’Honfleur, avec Cheirel et Jim Gérald, sous la direction de Diamant-Berger.

Tout dernièrement, enfin, Florelle tournait à Berlin pour Pathé-Natan Affaires d’Amérique, un film de Max Neufeld, avec René Lefèbvre et Marie Glory.
Car Florelle a un contrat avec Pathé-Natan, pour un minimum de deux films par an.

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

Voilà comment Florelle, que tout semblait orienter vers la grande vedette au music-hall, est devenue brusquement l’une des vraies vedettes du film parlant et chantant français.

Mais le travail qu’elle a fourni durant des années à la scène, Florelle ne le regrette pas. Elle estime même que c’est son expérience du music-hall qui lui a permis de réussir à l’écran.

« On croit parfois que, chanter une chanson, cela s’improvise, dit-elle. Ce n’est pas vrai. Rien n’est plus difficile que de « dire juste » et de faire porter sur le public une musique et des paroles qui, souvent, n’ont rien de remarquable. Au studio, la tâche de la chanteuse est particulièrement ardue, du fait qu’il faut enregistrer « dans le vide », dans une atmosphère froide et sans avoir, pour se guider, les réactions d’un public… Toutefois, le cinéma a, pour l’artiste, un grand avantage ; il lui permet de se voir, et, partant, d’améliorer son jeu. »

Florelle est aussi une sportive accomplie. Ne fut-elle pas la première Française qui ait obtenu le permis de conduire ? Elle conduit depuis son adolescence, en est à sa douzième voiture et à participé à plusieurs courses.

L’artiste nous a reçu dans le petit hôtel particulier qu’elle occupe depuis peu dans un coin paisible de Neuilly. Elle est bien telle à la ville que nous la connaissons à l’écran. Vive, enjouée, avec cet accent inimitable à la fois gamin, faubourien et tendre, elle sait vous mettre à l’aise dès les premiers mots et se prête de bonne grâce à la corvée toujours pareille de l’interview.

Nous l’en remercions au nom de nos lecteurs, et souhaitons que d’autres bons rôles, d’autres metteurs en scène compréhensifs aident dans l’avenir encore à l’épanouissement de sa personnalité sympathique et charmante.

Florelle dans Cinéa 1932

Florelle dans Cinéa 1932

 

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Pour en savoir plus :

Une notice biographique sur Florelle sur le site d’autres étoiles filantes.

Une autre notice avec plusieurs extraits audio de chansons de Florelle sur le site Du Temps des cerises aux feuilles mortes.

Sur TV Vendée, un hommage a été à Florelle rendue le 23 septembre 2014 avec ce sujet de 13 minutes.

Florelle chante A La Belle Etoile de Jacques Prévert et Joseph Kosma dans Le Crime de Mr Lange de Jean Renoir.

La version française (rare) de L’Opéra de quat’sous de Pabst avec Florelle dans laquelle elle fut révélée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *