14 Juillet a révélé George Rigaud (Pour Vous 1933)


C’est dans le numéro 219 daté du 26 janvier 1933 de la revue Pour Vous que parait le premier article consacré au comédien George(s) Rigaud.

Georges Rigaud (Pour Vous 1933)

Georges Rigaud (Pour Vous 1933)

« 14  Juillet » a révélé George Rigaud

A toutes les élégances qui ont séduit le monde de ses admirateurs, René Clair ajoute le caprice de mettre en lumière, à chacun de ses films, un acteur dont lui seul avait discerné les promesses.
Un jeune premier, moins de trente ans, grand, athlétique en restant svelte, au visage sympathique, au regard franc et limpide, quelle aubaine pour le cinéma français !

Au lendemain de la première de 14 Juillet se représentait pour Georges Rigaud la plus dure épreuve : celle du succès.
Comment ce quasi-débutant allait-il supporter les louanges ? La modestie de son maintien, le ton de sa voix nous ont tout de suite assuré que ce jeune artiste savait se défendre de toute vanité et que les félicitations ne lui étaient qu’encouragements à toujours mieux faire.

« Je suis Parisien et j’ai vingt-sept ans, nous dit-il de bonne grâce, répondant avec un naturel sans apprêt aux premières questions de notre interview.
« Les seuls films notables que j ai tournés furent Fantomas et Rivaux de la piste, à Berlin. J’étais un des coureurs derrière moto qui luttaient contre Albert Préjean.
« Chaque rôle comporte plusieurs enseignements ; celui-ci m’a, du moins, fait connaître qu’il est peu de métiers aussi ingrats que celui de stayer. Une chance providentielle nous accorda, à Préjean et à moi, d’aller sans mal jusqu’au bout de notre rouleau, alors que les acteurs qui nous remplaçaient dans la version allemande embrassèrent la piste à plusieurs reprises. Ma foi, ce sont les risques de la profession. Mais à quoi ne s’exposerait on pas de grand cœur, lorsqu’on est, comme moi, passionné de sport et de cinéma !
« Je jouais sans principes, sans le souci de paraître, d’être distingué de mes partenaires. C’est précisément ce qui me valut le privilège d’être remarqué de M. René Clair.
« Quelle joie lorsqu’il m’invita à venir au studio faire un essai pour 14 Juillet !

— Et j’imagine, d’emblée cet essai fut concluant ?
Cela je ne saurais vous l’affirmer. Sachez seulement que l’expérience s’est traduite par une rude séance de travail. Je ne jouai pas moins de six scènes avant d’être assuré de « tenir enfin mon rôle. »
« Ce qui me plaisait au-dessus de tout, c’était de travailler sous la direction d’un pareil maître. Avec lui, tourner est bien véritablement un plaisir comme se le représentent les midinettes.
« Jamais il ne vous rabroue quand vous lui demandez un conseil. Ses explications, il vous les donne patiemment avant chaque scène avec une minutieuse précision.
« Ce grand nerveux sait, en toute circonstance, rester parfaitement courtois, mieux, indulgent aux fautes des autres, et telle est sa dextérité que, sans contrarier jamais notre tempérament, il parvient, nous en avons la nette conviction, à nous faire agir et réagir exactement selon sa volonté ou son caprice.

« Ajoutez à ce privilège la joie de collaborer avec des camarades aussi gais, aussi loyaux qu’Annabella, Pola Illery, Paul Olivier, Cordy, Aimos, tous en un mot, et vous concevrez que j’ai tourné 14 Juillet comme dans un rêve.

« On ne négligea aucune précaution pour que le film fût une parfaite réussite : chaque soir, on projetait pour nous seuls le bout de film qui avait été tourné la veille ; ainsi chacun pouvait « réaliser » ses erreurs et faire son profit de ses observations.
« Ne me demandez pas si mon rôle m’a plu…
« Dire que je me suis appliqué à le vivre ne serait pas exact.

— Je conçois, en effet, qu’on ne s’applique pas à être conquis par Annabella
En mon âme et en tout mon être, j’étais chauffeur de taxi, voilà tout. J’étais pris par l’action, j’étais littéralement porté par la vie. »

Georges Rigaud réfléchit un instant, entrevoit des rôles futurs, puis il conclut en me raccompagnant vers la sortie du studio :
« Il me reste à payer mon bonheur de beaucoup de travail. »

R. Thoumazeau

Georges Rigaud (Pour Vous 1933)

Georges Rigaud (Pour Vous 1933)

 

Source : Bibliothèque numérique de la Cinémathèque de Toulouse

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *